Pourquoi la lombriculture


Dans les années 1980, la lombriculture a suscité un certain engouement : c'était une activité écologique, rentable, demandant peu d’effort et de moyen. Petit à petit, la lombriculture fut écartée :

  • par les collectivités locales au profit des incinérateurs,
  • par les agriculteurs biologiques au profit de l’agriculture intensive,
  • par les grosses sociétés au lobbying puissant.

Un manque de bon sens, favorisé par le manque de conscience écologique des décideurs et par notre insouciance collective.


Depuis quelques années, nous assistons à un changement de mentalité des consommateurs conscients de leur impact sur l’environnement.

Les techniques de lombricompostage moderne nous permettent aujourd’hui de traiter des volumes de déchets considérables avec ou sans tri préalable (selon une méthode exclusive). 


Nos solutions de traitement des déchets sont en cohérence avec le Grenelle de l'environnement :

  • Diminuer de 15 % les quantités de déchets destinées à l’enfouissement ou à l’incinération.
  • Réduire la production d’ordures ménagères de 7 % sur 5 ans.

Une poubelle peut contenir jusqu'à 25% de déchets organiques (250g/j par habitant)

Nous pouvons donc imaginer qu’avec ce procédé c’est 1 camion-poubelle sur 4 en moins sur nos routes et autant de moins à incinérer.


Le lombricompostage existe depuis déjà quelques années pour les particuliers. Les utilisateurs sont de la catégorie csp plus très au fait de l’écologie. Une frange de la population très difficile à élargir à cause des réticences à posséder des vers chez soi, alors qu’un peu de pédagogie suffirait : pas d’odeur, pas d’agent pathogène, production d’engrais…

Partant de ce constat, nous avons développé une gamme réservée aux collectivités, des lombricomposteurs de grande capacité à utiliser dans un local à poubelles ou sous un abri.

Notre marché potentiel : restaurants, restaurants collectifs, cantines scolaires, habitat collectif…

Le compostage traditionnel  est peu concevable dans nos villes (par manque de place et à cause de la lenteur de ce procédé).